« Restituer l’œuvre avec humilité » – Bach, le Clavier Bien Tempéré par Sébastien Guillot

Sébastien GuillotPourquoi enregistrer le Clavier Bien Tempéré aujourd’hui ?

Le CBT constitue le sommet polyphonique de l’écriture pour clavier de Bach, partition incontournable pour tout claveciniste, de par sa variété, son exigence, sa complexité et sa beauté, à toutes les étapes de sa carrière et de sa vie musicale.

Que vous apporte la pratique des œuvres de Bach ?

Un sentiment de plénitude, d’achèvement, de perfection et de beauté absolues…

Quelle est selon vous la place de l’interprète face à des œuvres devenues “icônes” ?

Face à des œuvres “monumentales” telles que Le Clavier bien Tempéré ou L’Art de la fugue, et dans le cas particulier de Bach, l’interprète devra – idéalement – aborder et restituer l’œuvre avec humilité, simplicité et intégrité, en faisant fi de toutes les traditions et influences qui l’auront précédées…

Avez-vous d’autres activités dans le monde de la musique que celle de claveciniste ?

Je suis également Chef de chant et musicologue, et à ce titre, je rédige actuellement une thèse de Doctorat sur un compositeur et chanteur de la Chapelle Pontificale au XVIIe s., Mario Savioni, méconnu mais non moins passionnant.

Mario Savioni

Quelles sont vos influences musicologiques et musicales ?

Celles de mes maîtres : Christophe Rousset, Bob van Asperen, les Frères Kuijken, et celles de personnalités “tutélaires” de la Musique ancienne : Gustav Leonhardt, Philippe Herreweghe, René Jacobs…

Comment envisager aujourd’hui la pratique du clavecin comme s’inscrivant dans une certaine “modernité” ?

Il est difficile de parler de “modernité” pour un instrument aussi ancien que le clavecin, car sa pratique relève avant tout d’une démarche historique…

Quels sont vos projets en préparation ?

D’autres œuvres pour clavecin de Bach encore inédites dans leur version “primitive”, et des Motets et Psaumes de Mario Savioni.

Découvrir le Clavier Bien Tempéré de J.S. Bach dans sa version primitive.